Fiche de lecture « Les fabuleux pouvoirs de la psychologie positive »

Les fabuleux pouvoirs de la psychologie positive

Descriptif :

La pensée positive nous promet, via la Loi d’Attraction, de réaliser nos moindres souhaits et ainsi de nous offrir une vie plus épanouie.

Mais la satisfaction de nos désirs, nous enseigne la psychologie positive ou science du bonheur, ne nous rend plus heureux que brièvement.

Pour un bonheur durable, il s’agit d’apprendre à apprécier ce que nous avons, plutôt que de souhaiter davantage, et vivre dans un esprit de gratitude !

Pour la première fois, un texte qui allie les principes de la pensée positive et les connaissances scientifiques de la psychologie positive.

1. Ce que j’ai retenu

Plusieurs constats s’imposent  grâce aux travaux de la psychologie positive. D’une part, le bonheur ne dépend pas aussi fortement des aspects matériels de la vie, ce qui est réjouissant. D’autre part, nous avons tendance à nous illusionner en imaginant ce qui nous rendra effectivement plus heureux : obtenir ce que nous désirons, en termes matériel, n’est pas gagné de satisfaction durable !

2. Les extraits de mes notes

L’idée que la pensée est une énergie qui rend à se matérialiser dans la réalité, en attirant ce qui lui est semblable

Ainsi, celui qui régulièrement à la maladie et qui redoute de perdre la santé prépare un terrain propice aux déséquilibres dans son organisme : il créé en quelque  sorte la maladie sui l’accablera. De même, celui qui se répète à longueur de journée que personne ne l’aime façonne un avenir de rejet et de solitude. Ou encore, celui qui désespéré de ne pas bien gagner sa vie éloigné par ses pensées de pauvreté la prospérité qui pourrait pourtant entrer dans sa vie

D’où l’injonction généralisée  en pensée positive, à privilégier dans notre esprit le bon côté des choses, c’est-à-dire une vision optimiste de la réalité  car on finit par récolter ce que l’on a sème

N’oublions pas que la pensée est illimitée. Dans ce travail de visualisation, l’imagination doit être secondée par des formules d’autosuggestion. C’est en cela que la pensée positive s’apparente à une discipline mentale. Elle requiert un entraînement

Mes zones d’ombres. Il y a un prix à payer  lorsqu’on adhère à la loi d’attraction. En nous procurant un fabuleux pouvoir sur notre existence  elle nous amène assurément à ressentir de la culpabilité lorsque les choses ne tournent pas aussi bien qu’espérer. Si quelque chose se passe mal, c’est de notre faute car notre pensée n’a pas été assez positive. La pensée positive et la loi d’attraction n’ont ainsi pas que des côtes bénéfiques sur le plan psychologique. Sans doute est-ce pour cette raison que les psychologues nourrissent une certaine méfiance à leur encontre. Le problème majeur, avec la pensée positive, ne serait pas que nous n’obtenions pas ce que nous souhaitons, mais justement que nous obtenions ce que nous souhaitons, mais pas exactement de la façon dont nous le souhaitions.

Là où la loi d’attraction nous invite à visualiser notre partenaire idéal et à nous répéter des formulations positives pour l’amener jusqu’à nous, la psychologie positive nous rappelle que l’essentiel, dans la vie à deux, n’est pas tant de trouver un  bon partenaire que d’être soi-même un bon partenaire. Et pour cela, il est essentiel de nourrir et soigner la relation, pas seulement en pensée, mais surtout en action, par exemple en exprimant plus souvent les aspects positifs et plaisants du partenaire que les critiques et les reproches

L’adaptation : notre cerveau est conçu  pour s’adapter à ce qui arrive, si bien qu’après quelques temps, les nouvelles circonstances sont assimilées et deviennent la nouvelle normalité

La logique du don est celle de l’abondance et du partage, l’inverse de celle du manque et de l’accumulation de richesses

La première chose à faire pour améliorer la qualité de sa vie quotidienne, c’est donc de s’inventer des activités qui soient vécues de façon aussi gratifiante que possible. Cela paraît simple, mais les habitudes et la pression sociale engendrent une telle inertie que les gens ne savent même plus distinguer ce qu’ils aiment faire de ce qui les fatigue et les déprime

Les moments de flux peuvent se déclencher dans toutes sortes de situations, pour autant qu’un défi soit au rdv et que de la concentration soit nécessaire. Ils surviennent lorsque nous nous engageons  dans nos passetemps favoris, bien sûr, mais aussi lors de nos activités professionnelles, du moment qu’elles sont suffisamment captivantes pour éviter l’ennui et pas exagérément pressantes pour échapper au stress et a l’anxiété.

S’efforcer de voir du positif partout ne présente au final qu’un intérêt réduit en ce qui touche au bonheur. Ce qui importe vraiment, nous dit la psychologie positive, c’est ce que l’on se dit en cas d’échec et de déconvenues. Ce n’est pas la pensée positive, mais bien la pensée « non négative » qui fait la différence…

Là où la pensée positive nous promet le succès  c’est à dire l’obtention de ce qui nous manque, la psychologie positive nous invite à apprécier ce que nous avons et ce dont nous jouissons déjà, ce qui constitue l’essence du bonheur

Notre cerveau dispose de centaines de milliards de neurones qui sont spécialisés dans le traitement de l’information. Lorsqu’il n’a pas de tâche captivante à exécuter, en plus de toutes les fonctions automatiques de suivi, il a tendance à cogiter à vide, c’est-à-dire se faire du souci et à ressasser les problèmes auxquels il est confronté

Il se trouve que les visualisations et les autosuggestions sont un excellent exercice de concentration.

Le bonheur résulte de la sélection volontaire de l’attention à des éléments plutôt agréables et de l’interprétation positive de ce qui arrive. Autrement dit, est heureux celui qui, d’une part, sait diriger son attention sur ce qui est beau et constructif plutôt que de la focaliser sur ce qui est problématique et dramatique et, d’autre part, a pris l’habitude de donner des interprétations positives aux événements rencontrés.

3. Points importants

Le secret du bonheur se cache dans un état d’esprit, une conscience particulière du quotidien, assortie d’agissements et de comportements spécifiques qui servent de dynamisant. Et c’est bien l’action en elle-même et le plaisir de l’effectuer – et non pas son résultat – qui compte le plus dans cette quête. Comme le rappelle le slogan des jeux olympiques, la participation impose davantage que la victoire !

4. Comment je la pratique

Les stratégies de bonheur.  Ces comportements,  car il s’agit non seulement de prises de conscience, mais aussi de pratiques, s’articulent autour de quatre grands thèmes : la gratitude, la générosité, les plaisirs du quotidien et l’optimisme.

5. Comment j’ai pu l’intégrer dans ma philosophie de vie

En ce qui  concerne le bonheur, la pratique de la gratitude est plus favorable que les visualisations positives. Le slogan de la psychologie positive pourrait donc être: remercier plutôt que demander

Conclusion :

« le sage ne s’affiche pas de ce qu’il ne possède pas, mais se réjouit de ce qu’il possède »

Philosophe Épicurien

1 thought on “Fiche de lecture « Les fabuleux pouvoirs de la psychologie positive »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.