Fiche de lecture « Le client, héros de la thérapie »

Le client, héros de la thérapie

Descriptif :

Dans Le client, héros de la thérapie, Barry Duncan et Scott Miller – co-fondateurs de l’Institut pour l’Étude du Changement Thérapeutique – remettent en question l’orientation traditionnelle de la thérapie vers le diagnostic, les techniques de type « arme absolue » et les pilules magiques. Ils choisissent de privilégier un facteur essentiel du succès thérapeutique depuis longtemps négligé : les ressources naturelles du client.
Ils expliquent la démarche à suivre pour revitaliser la psychothérapie en faisant appel aux capacités de régénération et aux perceptions du client de manière à dispenser un traitement plus efficace et plus responsable. Cette approche innovante préconise de favoriser la voix du client dans tous les aspects de la thérapie et montre comment adapter les approches et la relation thérapeutiques en fonction des objectifs personnels du client. En s’appuyant sur de très nombreuses recherches cliniques et expérimentales, Le client, héros de la thérapie, invite les thérapeutes à repenser le processus thérapeutique en donnant au client le rôle légitime de héros de sa propre thérapie. Parce qu’il arrive à point nommé, qu’il est très facile à lire et qu’il incite à la réflexion, Le client, héros de la thérapie, va changer, pour les thérapeutes, leur façon de faire de la thérapie.

1. Ce que j’ai retenu

Erickson « ce qui est nécessaire, c’est de développer une situation thérapeutique qui permette au patient d’utiliser sa propre réflexion, ses propres conceptions, ses propres émotions de la manière qui corresponde le mieux à ses projets de vie »

2. Les extraits de mes notes

Il ne doit pas y avoir d’hypothèses a priori sur les problèmes et les solutions du client, il n’y a pas de questions ou de séries de questions particulières plus judicieuses à poses, et il n’y a pas à appliquer une méthodologie thérapeutique immuable pour obtenir un succès thérapeutique
L’utilisation du feedback du client pour guider le processus thérapeutique inviterait en fin de compte les usagers de la thérapie à participer pleinement et sur un pied d’égalité à quasiment tous les aspects de la thérapie. Quand on permet aux clients de considérer la situation à partir du siège du conducteur plutôt que du fond de l’autobus, ils vont avoir une plus grande confiance dans le fait qu’un résultat positif les attend un peu plus loin sur la route
Nous préconisons une évaluation systématique des idées du client quant aux progrès et de sa satisfaction, afin de pouvoir adapter d’une manière empirique la thérapie aux besoins et aux caractéristiques des individus
Au cœur de cette démarche, il y a la foi dans le changement et la tendance qu’ont les hommes à trouver un chemin même au plus profond de la nuit
L’amélioration clinique n’avait rien à voir avec le type de traitement reçu : la qualité et la force de la relation thérapeutique est la raison de l’amélioration
Les thérapies dans lesquelles on incorpore délibérément les objectifs du client, les idées qu’il se fait du processus de changement et ses conceptions d’une interaction thérapeutique bénéfique, qui ont le plus de résultat
Facteurs expliquant le changement en thérapie :
• 40% : liés au client
• 30% : relationnels (alliance)
• 15% : espoir et attentes (effet placebo)
• 15% : modèle et technique

Il est temps de proposer des idées différentes sur la thérapie en s’appuyant sur les données de ce qui marche, des idées qui correspondent à nos valeurs et qui reposent sur ce que nous faisons de mieux : s’engager dans une relation de collaboration avec les clients en se consacrant à la satisfaction de leurs objectifs
Les êtres humains ont une résistance et des capacités de récupération remarquables, et ils triomphent des adversités de la vie avec une régularité étonnante. Le changement est un dérivé naturel de l’expérience humaine
Il existe le phénomène du changement avant traitement. Le simple fait de fixer un rendez-vous pourrait aider à mettre en branle la roue du changement
Nous suggérons aux thérapeutes de regarder les clients à travers un objectif braqué sur le changement. En dirigeant un projecteur sur le changement, on éclaire les ressources existant chez le client, ce qui permet de les mobiliser. L’exploration du changement permet de mettre en lumière les compétences des clients et les lance à la recherche de leurs propres forces. Pour développer une attitude focalisée sur le changement, le thérapeute peut guetter le changement vers le mieux et le valider, quels que soient le moment et la raison e son appariation. Pour pouvoir se focaliser sur le changement, les thérapeutes doivent croire en la permanence du changement et créer un environnement thérapeutique à l’intérieur duquel on accueille et on explore de nouvelles perspectives, de nouvelles expériences ou de nouveaux comportements. Mais ce qui est d’un intérêt particulier, c’est ce que le client a fait ou est en train de faire pour provoquer un changement ou tirer profit d’un changement
Cela exige également une forte dose de souplesse chez le thérapeute et une bonne disposition à changer son style personnel de relation pour correspondre à ce que le client trouve bénéfique
La stratégie de « l’approche taille unique » garantie le sabotage de la formation de l’alliance
Pour résumer, pour se mettre à l’unisson des opinions du client sur la relation, il faut :

  • Etre sympathique, cordial, et sensible
  • S’assurer que le client se sent compris – refléter les idées qu’a le client de l’empathie et des autres conditions essentielles
  • Etre souple, voire faire des expériences, et s’autoriser à être beaucoup de choses pour beaucoup de gens – en utilisant nos multiples dimensions pour convenir à l’idée que se fait le client du rôle du thérapeute dans le processus de changement

Les thérapeutes peuvent adapter la thérapie aux objectifs du client en écoutant et ensuite en développement les histoires et les expériences que le fournit de son problème, y compris ses pensées, ses sentiments, et ses idées sur « où il veut aller et le meilleur chemin pour y arriver ».
L’éclectisme est l’orientation théorique prédominante des thérapeutes.
L’éclectisme en thérapie fait habituellement référence à l’utilisation d’une diversité de techniques dans le cadre d’une théorie de base favorite, sans qu’il y ait nécessairement une connexion entre la théorie et la technique
Le problème dont souffrent les tentatives d’intégration (éclectisme) est le même que celui qui condamne les modèles à la médiocrité – c’est-à-dire, le personnage central, le client, a été tenu hors du coup. La plus grande partie, si ce n’est la totalité, des tentatives d’intégration et d’éclectisme se concentrent exclusivement sur le cadre de référence du thérapeute, cadre du thérapeute qui domine l’intégration, synthèse du thérapeute des multiples modèles existants, et perspicacité du thérapeute en thérapeutique différentielle, qu’il s’agisse de sélection de technique ou de style relationnel
Une attitude thérapeutique qui dépend de la connaissance du client sur ce qui convient le mieux crée un point de départ totalement différent dans le choix des idées et des méthodes
Placer le client au centre de la scène et de respecter leur théorie du changement. Puisqu’il s’agit d’un processus unique qui débute sans souci d’exactitude théorique, c’est un défi de décrire la façon spécifique de réaliser l’intégration en passant par la théorie du changement du client. La condition sine qua non est d’avoir confiance en la thérapie et foi dans le client. Ensuite, la direction que prendra la thérapie et le choix d’une approche vont découler du contenu, ou de points particuliers de la conversation thérapeutique
Les thérapeutes relationnels font preuve de souplesse, sont capables de s’adapter facilement aux valeurs et aux croyances des clients, en épousant leurs attentes avec une aisance relative et un certain confort psychologique ; ils sont déterminés sans réserve à conduire la thérapie selon la vision du monde du client et à suivre l’idée du client jusqu’à sa conclusion logique
Les recherches montrent que :

  1. Le changement dépend beaucoup plus de vos ressources et de vos capacités que de l’approche favorite du thérapeute. Une bonne thérapie utilise vos forces pour créer des possibilités de solutions
  2. Le changement dépend beaucoup plus de la façon dont vous percevez le thérapeute et la relation qui s’est formé en thérapie que de l’approche favorite du thérapeute
  3. Pour que le changement survienne, il faut s’occuper de ce que vous voulez, en harmonie avec vos points de vue sur le problème et la façon dont on pourrait le changer, et non pas de ce que dit le modèle du thérapeute
  4. Le changement dépend de ce que le thérapeute explore des options avec vous au lieu d’imposer ce que son manuel considère comme la « bonne » manière de traiter un problème

3. Points importants

La lumière de la sagesse du thérapeute est un phare qui éclaire le chemin vers la paix, le bonheur et l’épanouissement de la personnalité
C’est une idée dénuée de fondement sur le plan empirique que de croire qu’il existe, pour un problème particulier, un traitement spécifique qui soit meilleur que les autres

« Chaque personne est unique. La psychothérapie devrait donc être conçue de manière à satisfaire l’originalité des besoins d’un individu, plutôt que d’ajuster la personne au lit de Procruste d’une théorie hypothétique du comportement humain. »

Zeig et Gilligan

4. Comment je la pratique

L’étude de Bachelor suggère qu’il est important de disposer d’un répertoire souple de différents types de relation qui s’adaptent aux différents clients pour obtenir une alliance solide et faire une thérapie efficace
Le succès exige de la souplesse et de satisfaire les besoins du client : cela vaut la peine de s’écarter de la pratique traditionnelle pour obtenir l’approbation et la participation du client parce que ces facteurs contournent les difficultés de l’alliance et favorisent la survenue de résultats positifs
Tout comme quand nous allons en promenade dans la forêt, nous nous écartons du chemin pour mieux apprécier ce qui nous entoure
Parler le langage du client et travailler avec ce langage fournit le contenant pour apprendre la théorie du client

5.Comment j’ai pu l’intégrer dans ma philosophie de vie

« je pense que toute psychothérapie fondée sur une théorie se fourvoie parce que chaque individu est unique »

Erickson

Conclusion :

« Nous avons les réponses, nous avons juste besoin de quelqu’un qui nous aide à les amener au premier plan dans notre tête… C’est beaucoup mieux de demander aux gens ce qu’ils veulent faire et ce qui, d’après eux, les aiderait. »

Molly 10 ans

« rien n’est permanent, tout change »

Héraclite

2 thoughts on “Fiche de lecture « Le client, héros de la thérapie »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.