Fiche de lecture « Différence »

difference--changement-et-therapie-breve

Descriptif :

Ce livre poursuit deux objectifs principaux: décrire en quoi la thérapie brève orientée vers les solutions se distingue des autres formes de thérapie et de leurs fondements philosophiques; montrer comment ces différences s’allient pour faire une différence efficace en thérapie.

L’auteur atteint ce premier objectif en présentant et discutant certaines conceptualisations de la thérapie familiale et de quelques formes de thérapie brève, leurs bases philosophiques et leurs limites. Se démarquant du mode de pensée de la plupart des écoles de thérapie, de Shazer propose une position philosophique fondée sur les travaux de Wittgenstein, de Derrida et d’autres auteurs, qui situe le modèle de thérapie centrée sur les solutions dans le monde en expansion de la pensée post-structuraliste. Pour satisfaire au second objectif, l’auteur met en évidence les différences que ce nouveau point de vue fait naître quand on le compare aux idées traditionnelles sur la rencontre thérapeutique et la réalité du processus de la pratique thérapeutique.

Au minimum, la thérapie est reconceptualisée comme une conversation dans laquelle thérapeute et client travaillent ensemble – par l’intermédiaire du langage – à construire des solutions. Dans une perspective plus radicale peut-être, S. de Shazer rejette comme inutiles à la conceptualisation et à la pratique de la thérapie les notions aristotéliciennes de causalité et les inventions plus modernes de causalité circulaire. Des exemples de cas illustrent les avantages de ce modèle de thérapie.

1. Ce que j’ai retenu

« Notre erreur est de chercher une explication là où on devrait observer ce qui se passe »

Wittgenstein

2. Les extraits de mes notes

Là où la plupart des psychiatres passent du temps à tenter de mettre à jour la cause exacte et claire du problème à l’aide d’une analyse cristalline vierge de toute contradiction et pure dans son flux structurel, en thérapie brève on se satisfera d’une solution grossière mais efficace. Le flux de la structure peut bien être souillé, illogique et décousu, du moment que la solution fonctionne

Nous tentons de baser nos conceptions et nos interventions sur l’observation directe dans la situation de traitement de ce qui se passe dans les systèmes d’interactions humaine, comment ils continuent à fonctionner d’une telle manière, et comme ils peuvent être modifiés le plus efficacement possible

On considère que les problèmes se maintiennent tout simplement parce que c’est ainsi, et parce que les clients décrivent le problème comme se produisant tout le temps. Les moments où la plainte est absente sont donc considérés comme peu importants par le client ou demeurent même complètement inapparents, dissimulés à sa vue. Rien n’est en fait caché, mais comme ces exceptions crèvent les yeux, elles ne sont pas perçues par le client comme « la différence qui crée la différence ». Pour le client c’est le problème qui est primordial, tandis que pour les thérapeutes, ces exceptions sont considérées comme primordiales. Le but des interventions est d’aider les clients à opérer la même inversion, ce qui mènera à l’élaboration d’une solution

3. Points importants

« Un village côtier japonais était autrefois menacé par un raz de marée, mais un fermier isolé dans les champs de riz au-dessus du village avait aperçu le raz de marée, loin à l’horizon. Il mit immédiatement le feu aux champs, et les villageois qui accoururent pour préserver leurs récoltes furent sauvés de l’inondation » Conte populaire japonais

4. Complément d’information

Steve de SHAZER est un de mes modèles : le maitre du minimalisme

Le thérapeute « cherche à trouver l’élément dans le système étudié qui est illogique, le fil… qui va démêler, ou la pierre branlante qui va faire crouler tout l’édifice

5. Comment je la pratique

Les objectifs réalisables tendent à se conformer aux caractéristiques générales suivantes :

  1. De préférence petits que grands
  2. Identifiables pour les clients
  3. Décrits en termes comportementaux spécifiques et concrets
  4. Réalisables dans le contexte pratique de la vie du client
  5. Perçus par les clients comme nécessitant leur « participation active »
  6. Décrits comme étant le « début de quelque chose » plutôt que la « fin de quelque chose »
  7. Traités comme entraînant de nouveaux comportements plutôt que l’absence ou la cessation de comportements existants

6. Comment j’ai pu l’intégrer dans ma philosophie de vie

« Comment faites-vous ça ? » Cette question en dit long car elle ouvre les robinets aux flots de paroles, elle libère d’un coup toute la pression

Méthode également pour vous découvrir les trésors cachés des personnes, car j’aime chercher la lumière en chacun de nous en les valorisant comme il se doit

Conclusion :

Une fois qu’ils voient les choses différemment, ils peuvent commencer à agir différemment

1 thought on “Fiche de lecture « Différence »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.